Réduction des émissions

Qu’est-ce qu’un épurateur d’eau de mer ?

DE QUOI S’AGIT-IL ?

Un épurateur est une machine montée sur chaque moteur d’un bateau afin de « laver » les gaz d’échappement créés. L’installation de ces épurateurs coûte environ 10 millions de livres sterling par bateau et nous en équipons actuellement six de nos ferries de croisière : le Normandie, le Cap Finistère, le Barfleur, le Mont St Michel, le Pont-Aven et l’Armorique. Un épurateur doit être monté sur chaque moteur. Ainsi, chaque navire compte plusieurs épurateurs. Le Normandie et le Pont-Aven en auront chacun sept !

À QUOI SERT-IL ?

Pour l’essentiel, l’épurateur joue le même rôle qu’un pot catalytique sur une voiture. Les gaz d’échappement provenant de chacun des moteurs passent à travers l’épurateur, où ils sont « lavés » par l’eau de mer. Lorsque les oxydes de soufre polluants des gaz d’échappement entrent en contact avec l’eau de mer, celle-ci les neutralise et crée des sulfates, qui ne sont pas considérés comme polluants. Outre la neutralisation des oxydes de soufre, les épurateurs éliminent également environ 70 % des matières particulaires, qui sont nuisibles à la santé.

Les gaz d’échappement qui sont expulsés après avoir traversé un épurateur sont principalement composés de vapeur d’eau. Ils sont expulsés à environ 15 °C. Ainsi, par temps froid, ils ressemblent à de la fumée lorsqu’ils se transforment en condensation, mais soyez rassurés : ce n’est pas le cas !

Pourquoi en installons-nous sur nos navires ?

LIMITER LES ÉMISSIONS DE SOUFRE

Courant 2015 et au début de l’année 2016, nous avons dépensé 60 millions de £ pour installer ces épurateurs afin de nous conformer aux règlements récents de l’UE, conçus pour réduire la pollution produite par les transports maritimes. En 2006, les émissions dotées d’une teneur en soufre de 3,5 % étaient autorisées, mais ce pourcentage est passé à 1 % en 2010, puis à 0,1 % en 2015.

Les navires qui ne sont pas encore équipés d’épurateurs utilisent du carburant diesel à faible teneur en soufre de sorte que la flotte dans son ensemble limite les émissions nocives dans la mesure du possible.

Soutien de l’Union européenne pour l’installation de laveurs

L’Union européenne a soutenu l’installation de systèmes d’épuration des gaz d’échappement DeepBlueLAB™ à bord de trois navires.

En 2014, Brittany Ferries a déposé un dossier de candidature fructueux auprès du programme Connecting Europe Facility de l’UE. Ce programme cofinance des projets d’investissement entraînant une réduction considérable de l’empreinte environnementale en deçà des seuils d’émissions fixés par la réglementation environnementale communautaire et internationale. 
 
Les deux projets financés sont liés à la réglementation internationale MARPOL, annexe VI, et à la directive européenne 2016/802, qui fixent des limites quant aux émissions d’oxyde de soufre dans l’atmosphère (SOx) :

  • La mesure 2014-UE-TM-0723-M (Étude et déploiement d’un système intégré de nettoyage des gaz et de l’eau et d’un mélange de biocarburant et d’oxyde de magnésium pour la mise à niveau du couloir atlantique) a soutenu l’installation d’un nouvel épurateur composite à bord du Mont-St-Michel, qui effectue la liaison entre Portsmouth et Caen.
  • La mesure 724-EU-TM-0724-W (Installation d’un système de nettoyage des gaz et de l’eau pour la mise à niveau de l’arc atlantique) a soutenu le déploiement d’un système novateur de nettoyage des gaz d’échappement et de l’eau (EGWCS) à bord du Pont-Aven et de l’Armorique sur les routes reliant Cork, Roscoff et Plymouth.

Les résultats à ce jour sont supérieurs aux normes requises, et affichent une réduction de 70 % des émissions de soufre dans les zones de contrôle des émissions de soufre (SECA) par rapport à la norme MARPOL en vigueur.
 
Une fois que les épurateurs seront tous installés, nous aurons réduit nos émissions de soufre de 97 % au cours des 10 dernières années !

QU’EN EST-IL DES ÉMISSIONS DE CO2 ?

Le dioxyde de carbone est un contributeur majeur au réchauffement climatique et on ne peut pas se soustraire au fait que toute forme de transport qui brûle des combustibles fossiles émet du CO2. Cependant, dans l’ensemble, les ferries sont plus efficaces que de nombreuses autres formes de transport en matière de CO2.

Nous essayons de minimiser les émissions de CO2 de plusieurs façons :

  • Afin de minimiser la consommation de carburant et les émissions de CO2 sur les traversées de nuit, nous réduisons la vitesse.
  • Nous tenons compte de l’effet des marées et du vent et tirons parti de ces aides naturelles afin que nos navires naviguent toujours de manière à optimiser le rendement énergétique.
  • Nous utilisons les peintures antisalissures à base de silicium les plus récentes et peu toxiques sur nos coques pour accroître le rendement en carburant, car elles contribuent à améliorer le passage du navire dans l’eau.
  • Et nous avons même amélioré l’efficacité des systèmes de climatisation à bord de tous nos navires, ce qui nous a permis de réduire les émissions de CO2 de quelques pourcents.

Qu’en est-il de nos émissions à terre ?

Lorsque nous rénovons nos bureaux ou que nous considérons une nouvelle construction, nous essayons toujours de les rendre aussi économes en énergie que possible, notamment en utilisant des matériaux recyclés. Notre siège social de Plymouth dispose d’un éclairage activé par le mouvement. Ainsi, la lumière s’éteint quand certaines zones ne sont pas occupées et la luminosité est réglée en fonction de la quantité de lumière diurne. Nous avons également installé des panneaux solaires dans notre bureau de Portsmouth. 

Au cours des 3 dernières années, nous avons réduit le nombre de tonnes de CO2 générées par nos bureaux au Royaume-Uni de 10,6 % passant de 558,33 tonnes à 499,25 tonnes. 

VÉHICULES À FAIBLES ÉMISSIONS

Brittany Ferries a signé l’engagement des parcs de véhicules électriques (EV Fleet Pledge) et nous sommes membres de Motorvate, suite à un audit du bureau pour les véhicules à faibles émissions (OLEV), mené dans le cadre de l’initiative « Plugged-in Fleets Initiative 100 ». Autrement dit, avec le soutien de OLEV, nous œuvrons pour remplacer nos véhicules d’entreprise par des véhicules électriques. Notre véhicule portuaire de Poole est d’ores et déjà électrique et nous prévoyons de remplacer les véhicules des autres ports dans un avenir proche. 

Nous prévoyons d’installer un point de charge pour les voitures électriques à Portsmouth.